150 DE BÂLE AUX FRANCHES-MONTAGNES

difficile

Descriptif

Au départ de Bâle, on suit le cours sinueux de la Birse bordée de forêts et d'abruptes parois rocheuses, avant d'arriver aux portes de Delémont. La route monte alors par les gorges du Pichoux entre des parois rocheuses, passe près de l'ancien couvent de Bellelay et grimpe à 1000 m dans les Franches-Montagnes caractérisées par de vastes pâturages verdoyants, d'imposants sapin et des marécages.

CARACTéRISTIQUES

Type de vélo : route / VTC / VTT / VTTAE
Distance : 80 km
Dénivelé : 1217 m
Beauté du paysage : +++
Points d’intérêts : ++++
Accès en transports publics : +++

Les principaux points d'intérêt

  • la vieille ville de Bâle
  • la vieille ville de Delémont
  • les gorges du Pichoux
  • l’abbatiale et la maison de la Tête de Moine de Bellelay
  • les pâturages boisés des Franches-Montagnes

Accès à l'itinéraire par les transports publics

35 minutes de train de Delémont à Bâle (2 x par heure)
90 minutes de train/bus des Reusilles à Delémont (1-2 x par heure)

Auteur de l'itinéraire

Suisse Mobile

Histoire, anecdotes & légendes

C’est au début du XIIe siècle, en 1136 selon la légende, que Siginand, prévôt du chapitre de Moutier-Grandval, s’égara en poursuivant à la chasse une laie – femelle du sanglier. Après trois jours d’errance dans les forêts de la région, il fit un vœu. Il promettait, s’il était sauvé, d’ériger une chapelle à l’endroit où sa belle laie avait été tuée et de lui donner le nom de l’animal qui l’avait induit en danger. On sait aujourd’hui que «belle laie» désigne plutôt une belle forêt, d’après le bas latin «bella lagia».
Des documents historiques mettent la fondation de l’abbaye de Bellelay à l’actif de Siginand, entre 1140 et 1142. L’abbaye fut d’abord habitée par des chanoines venus de l’abbaye du Lac de Joux, des prémontrés qui, fidèles à la règle de saint Norbert, recherchaient des marécages sauvages pour les transformer en contrées fertiles. On admet toutefois que l’endroit où fut placée l’abbaye de Bellelay avait été soigneusement choisi, contrairement à la légende. Elle se trouvait sur la voie romaine Petinesca (près de Bienne) – Pierre-Pertuis – Mont-Relais (Les Rangiers) – Mandeure (10 km au sud de Montbéliard, au bord du Doubs).
En 1142, l’abbaye était bel et bien construite, le pape Innocent II lui ayant confirmé des possessions telles que les églises de Boécourt, de Saint-Ursanne, de Nugerol (qui deviendra plus tard la «Blanche-Eglise» de La Neuveville) et des vignes au bord du lac de Bienne. Une administration avisée, de nombreuses faveurs, firent de Bellelay pendant plus 600 ans un établissement riche et considéré. C’est ainsi qu’en 1414, le Concile de Constance, auquel participait l’abbé Henri Nerr, accorda à ce dernier et à ses successeurs le droit de porter l’anneau, la mitre et la crosse. L’abbé de Bellelay obtenait en quelque sorte le rang d’évêque.
Source : http://www.abbatialebellelay.ch

Page 10 sur 12
PRO VELO Jura
c/o Claude-Alain Baume
Estivage 10
2800 Delémont
www.provelojura.ch
jura[at]pro-velo.ch

Banque cantonale du Jura
2800 Delémont
IBAN CH65 0078 9042 5552 9029 3
Compte 25-298-4